Accueil / DKR Engineering : deux titres en deux saisons (Part 1)

Photo © Jakob Ebrey Photography

DKR Engineering : deux titres en deux saisons (Part 1)

LM P3 - 12/12/2018 - Jeff CARTER

En 2017, la Michelin Le Mans Cup avait élargi son plateau aux concurrents LMP3 pour l'intégralité de la saison. En 2018, l'équipe luxembourgeoise DKR Engineering a conservé le titre acquis l'année précédente par Jean Glorieux et Alex Toril.

Cette année, en sept départs au volant de la Norma M30-Nissan de cette écurie, le duo germano-néerlandais Jens Petersen-Leonard Hoogenboom a signé trois victoires et deux autres podiums (Le Mans et Spa-Francorchamps), et termine la saison avec 103 points, et 11,5 d'avance sur la Norma n°79 d'Alasdair McCaig et Colin Noble (Ecurie Ecosse/Nielsen).

Le Castellet

DKR Engineering a remarquablement défendu son titre dès cette première course : Hoogenboom et Petersen ont reçu le drapeau à damier en vainqueurs après une victoire de haute lutte sur le Circuit Paul Ricard.

La Norma n°39 d'Eric Trouillet (Graff) prend un bon départ depuis la pole position pour pointer en tête au premier virage, mais l'excellent envol de Tony Wells depuis la deuxième ligne lui permet de disputer le commandement à Trouillet dans le virage 4, avant que la Norma n°39 ne rétrograde à la suite d'un contact. A la fin du premier tour, Wells prend la tête au volant de la Ligier n°2 d'Ecurie Ecosse/Nielsen, suivi par Leonard Hoogenboom.

Wells sort large dans la courbe de Signes, ce qui permet à Hoogenboom de devenir le nouveau leader, devant la Norma n°21 de Nicolas Schatz (DB Autosport).

Hoogenboom passe le volant à Jens Petersen, alors que Jacques Wolff relaie Schatz et reprend la piste en tête. Petersen compte alors 5 secondes de retard mais en deux tours, il rattrape et prend le meilleur sur Wolff.

Au volant de la Ligier Ecurie Ecosse/Nielsen n°79, Colin Noble occupe la troisième place à 50 secondes de Wolff et juste devant l'autre voiture de l'écurie (n°2) maintenant aux mains de James Littlejohn. Wolff part en tête-à-queue dans le virage 5, alors qu'il reste 15 minutes de course. Il conserve la troisième place jusqu'à 4 minutes du drapeau à damier, lorsque Littlejohn arrache la dernière marche du podium.

Jens Petersen semble bien parti pour la victoire mais l'Allemand part en tête-à-queue dans le virage 1 et heurte le mur de pneus. Petersen parvient à repartir juste devant Noble. Bien qu'en délicatesse avec sa voiture dans les tout derniers virages, il parvient à conserver une marge de 2"1 secondes sur Noble.

Monza

Leonard Hoogenboom et Jens Petersen remportent leur deuxième victoire de la saison en Italie.

Au départ, Nicolas Schatz s'enfuit en tête de la course. Il prend la voie des stands à mi-course... mais, sur ordre de son équipe, la remonte dans son intégralité sans s'arrêter ! A l'approche du virage 1, la Ligier n°21 ralentit et s'arrête dans l'échappatoire, en panne d'essence.

Hoogenboom se retrouve alors en tête, avec 1"2 seconde d'avance sur la Ligier de James Littlejohn.

Quelques minutes plus tard, l'excursion hors piste dans le gravier du virage 11 de la Ligier n°25 de Lanan Racing provoque une neutralisation "Full Course Yellow".

Lorsque le drapeau vert relance la course, Hoogenboom s'échappe du peloton, reléguant Littlejohn à 8 secondes. La Ligier n°14 de Job van Uitert (RLR MSport) est bien revenue après les arrêts au stand : désormais troisième, celui-ci gagne du terrain sur la Ligier n°8.

La Norma n°3 de DKR Engineering poursuit sa marche victorieuse jusqu'au drapeau à damier, que Leonard Hoogenboom reçoit en vainqueur avec 19"8 secondes d'avance sur James Littlejohn, lui-même suivi à 2"8 secondes par Job van Uitert.

Road to Le Mans

Les détenteurs de la pole position des catégories LMP3 et GT3 s'imposent dans la première course de Road to Le Mans (55 minutes), avec la victoire de la Ligier JS P3-Nissan n°11 de Mikkel Jensen et Kay van Berlo (Eurointernational), concurrents réguliers de l'European Le Mans Series.

Au drapeau vert, Jensen prend un envol parfait, suivi par la Norma n°9 de l'Australien Scott Andrews (Cool Racing).

En tête, Jensen est sous la pression d'Andrews, mais le Danois garde son sang-froid. Lors des arrêts au stand obligatoires, il est toujours leader au moment où il passe le volant à van Berlo.

Ce dernier conserve le commandement et passe sous le drapeau à damier avec 19 secondes d'avance sur Sean Rayhall, à l'attaque au volant de la Ligier n°33 de United Autosports. Leonard Hoogenboom monte sur la dernière marche du Podium.

La deuxième course du samedi matin (55 minutes également) s'élance sur une piste sèche et sous un ciel légèrement nuageux. Eric Trouillet emmène les 50 voitures au départ. Le Français part en tête-à-queue au virage 2, tandis que la Ligier Eurointernational n°11, troisième sur la grille, sort elle aussi de la piste. Ce qui permet à la Norma n°30 de Laurents Hörr (CD Sport) de prendre la tête.

La Safety Car neutralise la course 15 minutes pour évacuer les voitures endommagées. A la relance de la course, Hörr creuse l'écart sur la Ligier n°25 de Michael Benham (Lanan Racing).

Puis viennent les arrêts obligatoires. Benham est l'un des tout premiers à emprunter la voie des stands pour passer le volant à Duncan Tappy. Après ces arrêts, Sean Rayhall se retrouve en tête, avec Tappy sur ses talons.

Au dixième tour, Tappy attaque l'Américain à Mulsanne et prend la tête.

Sur la ligne d'arrivée, Duncan Tappy s'impose avec seulement 0"699 seconde d'avance sur Rayhall. La Norma de Jacques Wolff et Nicolas Schatz est troisième, à 11 secondes des leaders.

Prochaine course

TESTS COLLECTIFS

10 Avril

Classement 2018
Sur les réseaux sociaux