Accueil / CD Sport: La raide loi du Raidillon

Photo © Jakob Ebrey Photography

CD Sport: La raide loi du Raidillon

LMC - 27/09/2018 - Presse release - CD Sport

La Norma n°30 a eu un emploi du temps bien rempli depuis les débuts de l’équipe CD Sport en catégorie LMP3. Pour ne parler que de la Michelin Le Mans Cup, elle a commencé par se qualifier en première ligne au Paul Ricard. Puis, à Monza, elle s’est offert un meilleur temps en course qui est aussitôt devenu le record du tour du vénérable « Autodromo Nazionale » pour la catégorie.

Une nouvelle qualification en première ligne en lever de rideau des 24 Heures du Mans fut suivie de nombreux tours en tête… quant à la première pole du proto rouge, orange, jaune, blanc et noir, elle est arrivée sur le Red Bull Ring. Et à Spa ? Un bon résultat semblait se dessiner à l’horizon du Raidillon de l’Eau Rouge quand elle a échappé à son pilote sous la pluie battante.

Le mercredi, les teams ont la possibilité d’effectuer des tests privés. Anthony Pons n’étant pas disponible, Laurents Hörr se charge des deux séances qui se déroulent sur le sec, avec un meilleur temps à la clé. A l’exception de quelques tours de vérification qu’il met à profit pour établir un chrono de référence, Laurents laisse à son équipier un maximum de temps de roulage lors des essais libres de vendredi.

Comme l’exige le règlement, Anthony se charge de la qualification et établit un bon 6ème temps. La piste est encore majoritairement sèche à l’heure du départ. Au feu vert le pilote CD Sport parvient à éviter une voiture en tête à queue, tandis que les deux titulaires de la première ligne commettent de concert un tout droit à l’épingle de la Source. En haut du Raidillon le premier leader échoue dans les piles de pneus et la Norma n°30 se retrouve en 3ème position. A la fin du premier tour, son pilote semble en mesure d’attaquer le 2ème mais opte finalement pour la voie de la sagesse. Il retrouve sa place du départ tandis que la pluie s’intensifie, jusqu’à se transformer en « drache nationale » comme disent nos amis belges. Anthony s’arrête pour passer en pneus pluie et reprend sa marche en avant. Malheureusement, au quinzième tour, il se fait surprendre au sommet du Raidillon. L’auto part en tête à queue et tape le mur. Le pilote rejoint son stand pour abandonner avec une suspension arrière et un aileron endommagés.

Anthony Pons : « Vendredi aux essais libres, la piste n’a été sèche que quelques tours. En plus je restais sur trois mois sans rouler. Dans ce contexte, j’étais plutôt satisfait de mon 6ème temps en qualification avec une voiture que le team avait bien fait progresser. Tout le week-end, nous avons évolué sur une piste froide et il était difficile de chauffer les pneus en un seul tour de formation. Cela explique sans doute les fautes des uns et des autres au départ. J’ai réussi à me faufiler pour gagner trois places puis j’ai préféré jouer la sécurité. La pluie a commencé à tomber au quatrième tour. Choisir le bon moment pour mettre les pneus pluie ressemblait à un coup de poker. On a vu plein de stratégies différentes, entre ceux qui sont partis en pneus sculptés, ceux qui ont changé très tôt et ceux qui se sont arrêtés après nous. Au final je crois que stopper au plus fort de l’averse était le bon choix. Je me suis maintenu quatre tours en 6 ou 7ème position sous le déluge. Je ne voyais rien du tout à travers le pare-brise, il fallait regarder par la fenêtre latérale et je ne pouvais même pas rester à fond en ligne droite à cause de l’aquaplaning. Dans ces conditions il suffit de pas grand-chose pour partir à la faute. Quand je suis sorti en haut du Raidillon, je n’ai pas l’impression d’être passé plus vite ou d’avoir changé de trajectoire. Peut-être ai-je été déventé par la voiture qui roulait juste devant moi ? En tout cas c’est la première fois en dix ans de compétition que je sors une voiture en course. »

Laurents Hörr : « Mercredi lors des tests sous le soleil, j’ai tourné 7 dixièmes plus vite que les autres dans la première séance et dans la seconde, en pneus usagés, j’ai fait le 2ème temps. Je me suis contenté de quelques tours au début des deux séances libres de vendredi pour laisser plus de roulage à Anthony. Nous décelé un excès de sous-virage que l’équipe a solutionné pour la suite. C’est dommage de n’avoir pas pu rouler en course, d’autant que Spa était un peu mon épreuve à domicile, à 400 kilomètres de chez moi ! J’avais de nombreux invités dont mon principal sponsor, et aussi des membres du team de karting dont je m’occupe. Mais je reste optimiste. Les gens ont pu remarquer mes performances sur le sec comme sous la pluie. »

Claude Degrémont, team-manager : « Laurents s’est montré très rapide lors des essais. Anthony s’est bien débrouillé en qualification et en début de course dans des conditions loin d’être idéales. Au départ, il a réussi à éviter les aléas dans un peloton chand bouillant sur une piste froide ! C’est devenu dantesque à la fin de la première demi-heure, on a passé les pneus pluie au bon moment, avec un bon pitstop, Malheureusement, nous avons dû renoncer mais on peut qualifier cette sortie de route de péripétie compte tenu du manque de visibilité et d’adhérence. »

Actualités liées

> 5 faits sur Portimão Le 13/10/2018 à 12:00

> Un point sur le classement Le 10/10/2018 à 17:00

> J-20 avant la finale! Le 08/10/2018 à 10:18

> Montez à bord de la Ligier JS P3 n°24 de Cool Racing Le 04/10/2018 à 11:00

> Réactions des Champions Michelin Le Mans Cup 2018 Le 02/10/2018 à 17:00

Prochaine course

Portimão Round

28 Octobre

Classement 2018
Sur les réseaux sociaux